Levest Flavor-Hit Le-French-Liquide Titanide The-Fuu Pulp

Vous vapiez ? J’en suis fort aise. Et bien, chantez maintenant !

Une soirée, une musique…

Jeudi  1 novembre, concert au Vauban.

Le Vauban, c’est une institution sur Brest : 50 ans de concerts. Du métal, du punk, du rock, du blues, de la chanson française, du traditionnel breton, de la techno, du rap… Sont passés entre ces murs des artistes comme Mass Hysteria, Jane Birkin,  Miossec, Stephan Eicher, Mass Hysteria, les Béruriers Noirs, New Model Army, Manu Le Malin, Cabaret Sonique, Léo Ferré, Claude Nougaro, Yann Tiersen, Hubert-Félix Thieffen, Tino Rossi, Bénabar, Dick Rivers, Sidney Bechet, M, Alain Chamfort, Art Mengo, Lenny Escudero, Dominique A, Philippe Katerine, Daniel Darc, Keziah Jones, Mass Hysteria, 113, Jeff Mills, Archie Shepp, Michel Portal….

Je vous ai cité Mass Hysteria au fait ? Nan paske le dernier album (Maniac ) qu’ils ont sorti la semaine dernière défouraille à mort et j’aimerais bien que Mouss et ses potes reviennent faire vibrer les murs du Vauban : c’est, à chaque fois qu’ils sont dans le coin, une furia de tous les diables pour fêter comme il se doit le retour de l’enfant du pays.

 

Bref, semaine dernière, un ami me propose de venir le voir avec ses complices faire du blues.

Du blues ? Nom de Zeus ! J’ai beau avoir quelques CD à la maison, je n’ai jamais assisté à un concert de blues de ma vie !!! Incroyable ! Le blues ! Les boules, oui ! La loose intersidérale : pas un concert de blues avant mes 43 ans ! Bon, ça va, y a pire : y a des gens qui ont subi, même avant cet âge canonique, un « concert » de Juul. Y a, je pense, pas grand-chose de pire. Parce que, sauf sous la torture, aucun amateur de musique ne peut accepter de vivre ça. Sauf si le choix se fait avec un « concert » de Kanye West. Même combat mais international. C’est juste la peste ou le cholera. De toutes façons, on en crève.

 

Donc, me voilà parti pour une soirée blues. Je m’attends à des larmoiements d’un mec dont le frère siamois est mort d’une overdose de barbiturique le soir où il s’est fait larguer par sa copine parce qu’elle a appris qu’il avait le SIDA et que, en plus, il avait fini tous les BN et le Jack Daniel’s. Dur. Surtout quand c’est ton siamois et que le paquet de chocos BN est vide.

Dur, mais le potentiel de chiantitude est à son maximum.

 

Acte I : Le blues et le Snake Oil, ça passe de nos jours ??

Free Wheelin est sur scène. Entre deux gorgées de bière d’abbaye, me viennent deux choses à l’esprit : comment j’ai fait pour ne jamais me prendre un pied pareil avec le blues et pourquoi j’ai pas plus de set-ups sur moi ??

Je n’en ai que trois. Pas des pieds, des set-ups (bon, hé ! suivez un peu !). Le premier, du Snake Oil dans mon Kayfun mini. Vu le contexte et le Snake Oil primal, ça devrait all… NON! Ca va pas du tout avec le bottleneck du gars ! Du blues traditionnel appuyé par une rythmique actionnée au pied. Pas du tout chiant en fait ! Très énergique et bien blues trad. Un truc qui sent le Mississipi à plein nez ! Comme l’histoire de l’original « docteur » Clarck, mais on n’est plus au far west, plus au Phare Ouest….

 

Acte II : What’s The Flip, c’est bluesy cette fois ??

Allez, mon pote Léna arrive avec ses copains du trio Jeff Bossard & The Movers. OK, là on comprend tout de suite que le blues c’est à l’origine du rock, du heavy, du punk, du ska… On a beau le savoir depuis des décennies mais, ACDC, c’est juste du blues un peu péchu. Et ce trio était dans la même veine ce soir-là : Léna s’éclatait avec une énorme banane derrière ses fûts vibrants sans cesse, en plein kiff avec le chanteur/guitariste Jeff qui maîtrise son sujet et la basse hypnotique d’Olivier. Quasiment chaque morceau est à la limite du rock voir du heavy. Mais : merde ! Le What’s The Flip de Boston Shaker Vape ne passe pas du tout avec ! Même sur un GT3. Que ce soit ça ou le Snake Oil, c’est pas du tout, du tout adapté au blues ! Je comprends ne même pas comment Léna peut vaper du Heisenberg dans son Ares entre deux morceaux… Bon sang ! Trois set-ups seulement !! mais pourquoi je suis venu aussi léger, moi ??!!!

 

Acte III : La dernière chance d’une soirée blues…

Le dernier groupe à passer c’est le gigantesque Russel Sinclair and the Smokin Locos. « Smokin » ?? « Vaping » ouais ! Ca envoie sévère ! Les filles se mettent à danser. Les mecs crient et tapent des mains en cadence (le morceau au-dessus n’est pas représentatif du set, comme les deux autres). La bière ambrée voit son amertume se marier parfaitement avec l’ambiance et la voix rauque de Russell… et je tire frénétiquement maintenant sur mon Skyline presque en cadence du slappeur fou sur sa basse.

Du Deadly Sin. Toujours. J’ai toujours du Deadly parce que le Deadly ça passe en toute occasion. Donc je n’essaie même plus mes deux autres. Pas la peine. Oui, mais c’est toujours pas ça. Non. Indéniablement, même le Deadly n’est pas l’idéal avec du blues.

 

Epilogue : on vape quoi avec du blues alors ??

Avec le blues, les fruités, c’est pas possible. Je pense que les menthols sont autant hors propos. Les gourmands, c’est moins pire mais c’est pas l’idéal non plus. Non. Deux noms me trottent en tête depuis le début de la soirée : El Kamino et Skipper. Je n’aime pas les tabacs. Mais ces deux-là, de temps en temps, j’aime bien. Du Good Life Vapor et du Rope Cut. Mais des tabacs. Gourmands. Mais surtout tabac. Incontestablement, je sais que je tiens le truc : prochain concert de blues, faut que j’ai un ato avec du El Kamino.

C’est comme une évidence, le blues se marie très bien avec une bonne bière, un bourbon ou un whisky ( avec modération dit hypocritement le breton que je suis )… et un liquide tabac gourmand. Ou peut être juste tabac pour les amateurs. Mais j’ai des doutes à chaque fois que je sens un fumeur revenir de dehors. Je pense que le tabac gourmand est le choix idéal pour le blues.

 

Conclusion :

Et vous ? A votre dernier concert, vous êtes-vous aussi demandé quel type de liquide ou quel liquide précisément irait bien avec ce style musical ?

Il y a des blogs qui essaient de marier des recettes de plats ou des alcools avec des e-liquides pour une complémentarité idéale. Mais, avec la musique ?? C’est de la synesthésie, c’est vrai… mais elle ne m’a jamais autant explosé en tête que ce soir-là, perdu dans l’amertume de la bière ambrée, les effluves de Deadly Sin, les errances des spotlights dans les fumigènes et les rauquements d’un bluesman de Plymouth dont l’exubérance a fait tomber tous mes préjugés sur le blues en moins d’une heure.

Passé à la vape en 2011 suite à un AVC après 25 ans de tabac, je me suis lancé à corps perdu dans ce bidule. Coup de bol, ce truc flattait mon coté geekos, me tenait occupé durant mon long arrêt maladie et m’a orienté dans une nouvelle voie professionnelle.

Après avoir enterré 4 personnes de ma famille proche et avoir failli y rester aussi, ma haine viscérale du tabac m’a poussé à utiliser cette arme qu’est la vape afin de détruire le tabac. Bon, suis pas sorti de l’auberge pour arriver à mes fins mais m’en fous, suis breton. Donc : rebelle, de mauvais caractère, revanchard et plus têtu qu’un troupeau de mules !

Mon leitmotiv : encore un de plus qui ne fumera plus. Au suivant !

One thought on “Vous vapiez ? J’en suis fort aise. Et bien, chantez maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.