Levest Flavor-Hit Le-French-Liquide Titanide The-Fuu Pulp

La Switz2 de TotallyWicked émet moins de 0,1% des toxines de la cigarette conventionnelle

 

Le vendredi 9 novembre a marqué une journée de changement.
Les fabricants de cigarettes électroniques peuvent désormais parler un peu plus librement dans les canaux où ils sont autorisés à faire de la publicité, en informant les fumeurs des avantages potentiels du vapotage au lieu de fumer. C’est un autre pas dans la bonne direction pour l’industrie du vapotage.

Le titre de cet article est maintenant légalement autorisé dans une publicité. Nous pouvons vous informer que la cigarette électronique Switz2 de Totally Wicked émet une infime fraction des produits chimiques toxiques contenus dans les cigarettes à combustible ordinaire, ainsi que d’autres allégations de santé raisonnables pour lesquelles nous disposons de preuves à l’appui.

La cigarette électronique Switz2 de Totally Wicked a été testée pour les émissions dans un laboratoire d’essais accrédité par UKAS. Nous avons comparé les résultats des émissions de la cigarette électronique Switz 2 avec les valeurs d’émissions documentées d’une cigarette de référence testée dans des conditions similaires. Nos données montrent une réduction relative des émissions de substances toxiques supérieure à 99,9% pour la cigarette électronique Switz2.

 

Bien que nous disposions de ce type d’informations pour tous nos produits et ce depuis assez longtemps, les réglementations nous empêchaient d’utiliser des informations qui pourraient être considérées comme une allégation relative à la santé si elles étaient appliquées à notre marque ou à nos produits.

 

Comment les règles ont-elles changé ?
Après une longue consultation, l’ASA a publié aujourd’hui ses nouvelles règles en matière de publicité concernant les allégations de santé dans les annonces de produits vaping. Il est clair que les membres responsables de l’industrie de la vape sont perçus sous un jour très différent de celui de 2014, lorsque le premier ensemble de règles sur la publicité pour les cigarettes électroniques avait été publié par la CAP.

Ceux qui approuvent positivement l’assouplissement de la réglementation en matière de publicité pour les allégations de santé comprennent l’ASH, le Cancer Research UK, le Public Health England, le Collège Royal des médecins et le Centre Britannique d’études sur le Tabac et l’Alcool. Ils ont soutenu les allégations de santé sur la base de plus de preuves sur la sécurité des produits, sur les fausses représentations négatives actuelles du risque relatif de vapotage par rapport au tabagisme dans les médias grand public et sur la réaction positive de l’industrie de la vaporisation à se conformer aux réglementations sectorielles.

 

Il existe certaines limitations à l’utilisation de ces communications dans la publicité. Les affirmations faites ne doivent pas être trompeuses et des preuves solides doivent être disponibles pour justifier les affirmations si et quand elles sont faites.

 

Les nouvelles sont fantastiques, mais auront été moins bien reçues par certains.

Pour en nommer quelques-uns, la British Medical Association et GlaxoSmithKline se sont opposés à la modification de la réglementation, au motif que les annonceurs commerciaux ne devraient pas diffuser de messages sur la santé au public et qu’il n’était pas prouvé que les cigarettes électroniques étaient sans danger. Johnson et Johnson ne s’opposèrent pas au changement de principe, mais craignaient que le fait de permettre aux détaillants de cigarettes électroniques de faire des allégations santé pourrait changer le statut des médicaments pour arrêter de fumer aux yeux du public, ce qui pourrait réduire la confiance en ceux-ci.

 

Ces objections ont-elles quelque chose à voir avec le fait que les cigarettes électroniques rongent l’idée que fumer est une maladie que seuls les médecins et les fabricants de produits pharmaceutiques peuvent soigner ? Les fumeurs peuvent désormais «se soigner» eux-mêmes avec une méthode alternative, sans aucun besoin de produits pharmaceutiques, principalement parce que notre dépendance au tabac n’était pas, n’est pas et ne sera jamais une maladie.

 

Liam Humberstone, directeur technique de Totally Wicked, a déclaré:

«Totally Wicked souhaite que les publicités soient plus claires sur nos produits et ce qu’ils sont, mais estime toutefois que l’interdiction persistante de la publicité sur les cigarettes électroniques dans les médias papier et électroniques va à l’encontre du but recherché par le vapotage.

En tant que journaliste et ancien fumeur, j’ai été plutôt surpris par l’opposition spécifique de Johnson et Johnson. J’avais essayé la NRT (Nicotine Replacement Therapy) sur ordonnance avant d’utiliser des cigarettes électroniques. Ma perte de confiance dans les «médicaments» est intervenue longtemps avant l’arrivée sur le marché des cigarettes électroniques et aussi à cause de la très piètre performance de la NRT pour m’aider à arrêter de fumer. D’après les statistiques, la grande majorité des «patients» ont vécu des expériences similaires. »

Ce que nous pouvons espérer, c’est que c’est la première étape d’un changement plus important qui libère davantage les liens qui nous empêchent de crier sur les avantages de la vaporisation au lieu de fumer.

 

Source : https://www.totallywicked-eliquid.co.uk/vaped/totally-wicked-switz2-emits-less-than-0-1-of-the-toxins-of-combustible-cigarettes

Le Bilbon de la vape, il aura fallu du temps pour y passer mais maintenant qu’on y est, il ne reste plus qu’à avancer ! Grand amoureux du MTL & de jus bien réalisés.

« Allez viens, on est bien bien bien bien bien ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.